Articles

Affichage des articles du 2017

Bienvenue lecteur ami !

Image
Entrez dans mon journal désintimisé, mélange de réflexions, de partages de lectures et de films, d'infos sur mes bouquins, d'âneries aussi...
Créé il y a déjà 7 ans, il a commencé avec mon premier roman, et 10 parutions plus tard, il avait besoin d'un nouveau design, j'espère que vous apprécierez !

Le 10ème petit est paru donc, voici 42 jours, le 4ème de mes romans historiques qui, je crois, fermera la boucle. Commencée avec Paul Beorn, cette balade dans les temps jadis m'a beaucoup apporté depuis 4 ans et je suis heureuse que vous, lecteurs, y soyez si sensibles. En France et dans tant d'autres pays !

Sur la genèse de ce roman, retrouvez mes articles ici et .

Je suis heureuse de le publier, bien sûr, comme tous les autres...
Mais tout de même, celui-ci me remplit particulièrement d'aise. Pourquoi ?

Tout d'abord, j'ai l'impression de rendre justice à Xavier Decousus et Jean Gomez en redonnant vie au Manoir en folie, que j'ai écrit et publi…

Les paradis

Image
Le paradis est là où on le voit, n'est-ce pas ? Pour moi, le paradis, c'est la chaleur, les espaces larges et confortables, la lumière, la bonne nourriture et surtout les amis. Il y a eu plusieurs paradis dans ma vie ; le Kerdou nous abritait en Bretagne quand j'étais petiote, et le jour où je l'ai revu, je l'ai trouvé tout minus... j'avais beaucoup grandi. Les Rigalloux en Charente où Pico et Dédée nous accueillaient pour des week-ends de jeux de rôle endiablés. Bonne Aygue sur le bord du lac de Parentis, où nous passons des heures molles à regarder les enfants sauter dans l'eau toute la journée, où se préparent des plâtrées de pâtes et des crèmes Jock, où les journées s'achèvent sur des parties de molky au rhum et les bougies dans la nuit qui tombe.
Des lieux où je me ressource pour écrire, courir, repartir de plus belle.

Cette année j'ai découvert un nouveau lieu rare et précieux... Ses habitants en ont fait un endroit si accueillant que je le cla…

Bon anniversaire Anaïs Nin !

Image
«  Pourquoi on écrit est une question à laquelle je peux répondre facilement, me l’étant si souvent posée à moi-même. Je crois que l’on écrit parce que l’on doit se créer un monde dans lequel on puisse vivre. Je ne pouvais vivre dans aucun des mondes qui m‘étaient proposés : le monde de mes parents, le monde de Henry Miller,  le mode de Rango,  ou le monde de la guerre. J’ai dû créer un monde pour moi, comme un climat, un pays, une atmosphère, où je puisse respirer, régner et me récréer lorsque j’étais détruite par la vie. Voilà, je crois, la raison, de tout œuvre d’art. L’artiste est le seul qui sache que le monde est une création subjective, qu’il faut opérer un choix, une sélection des éléments. C’est une concrétisation, une incarnation de son monde intérieur. Et puis il espère y attirer d’autres êtres, il espère imposer cette vision particulière et la partager avec d’autres. Même si la seconde étape n’est pas atteinte, l’artiste, néanmoins, continue vaillamment. Les rares moments…