Articles

Affichage des articles du janvier, 2014

Débordant d'humour et de vitalité

Image
C'est le nouvel an chinois !! Année du cheval, ça tombe bien, c'est mon signe.

Pour la peine, je vous offre un fortune cookie : cliquez ici.

Sinon, j'adore mon horoscope chinois, j'adopte :
"Les natifs du signe du Cheval (1942, 1954, 1966, 1978, 1990, 2002, 2014) Bon j'avoue que je suis un peu incrédule à l'idée que tous les gens que je côtoie qui ont le même âge que moi ont aussi le même caractère que moi. Mais j'aime bien ce passage : sont généralement considérés comme des personnes charmantes et aventurières, parfois solitaires, mais toujours tentés par de nouvelles expériences. Uuuh ? Débordant d'humour et de vitalité c'est tout moi, ils peuvent toutefois se montrer capricieux et égoïstes ah là non, ça doit être pour ceux de 1966 et sont sujets aux crises de colère soudaines. Attention à ne pas les offusquer ! T'as entendu, Paul Beorn ? (on est en train de finir les dernières corrections de 14-14 !) Les natifs du Cheval savent se montre…

Les écrits, c'est fini, je suis partie !

Image
Ben oui, 3 jours de pause après les écrits...

Jour 1 = jeudi 30 / Ce matin, je bosse avec BBL sur les dernières corrections ortho-typo de 14-14 !!
Ce soir, je bois du champagne avec Cindy van Wilder pour les Outrepasseurs

Jour 2 = vendredi 31 / Je rencontre mon nouvel éditeur pour préparer la publication d'un roman qui me tient beaucoup à coeur, qui sortira en septembre ou octobre 2014 et dont le titre est Le Manoir. C'est un texte-fable à partir de 10 ans et, comme Moana, jusqu'à pas d'âge tant que vous gardez le coeur ouvert ! Je vous reparle quand je rentre.
Le reste du temps, je dors pour essayer de me remettre et je bois des cafés avec Agnès Marot en parlant littérature !


Jour 3 = samedi 1er / Je dédicace à la librairie L'amandier à Puteaux si vous voulez venir me voir !

Illustrations : http://desfistsetdeslettres.tumblr.com

Influences #3

Image
Je ne suis toujours pas là alors je vous propose une petite plongée en images dans un autre univers déjanté, celui de Buffalo '66, un film de Vincent Gallo, qui date de 1998, avec la divine Christina Ricci et l'incroyable Vincent Gallo. (et Mickey Rourk, Rosanna Arquette, Anjelica Huston, Ken Pollack etc.)

Le pitch : "Billy Brown sort tout juste de cinq ans de prison et doit aller voir ses parents à qui il n'a pas voulu avouer qu'il était en prison, préférant leur dire qu'il était parti se marier. Il kidnappe alors une jeune femme en chemin, Layla, qu'il oblige à se faire passer pour sa femme devant ses parents."

Voici juste 3 séries d'images pour vous donner envie de suivre ce couple complètement dingue, dans un film emblématique du cinéma indépendant américain.
















Coffee and cigarettes

Image
Je ne suis pas là, je passe ma première épreuve d'agreg ce matin. Mais je pense à vous, et je partage avec vous un somptueux et incroyable moment avec Tom Waits et Iggy Pop dans ce café : dégustez, c'est Jim Jarmusch et c'est merveilleux !
(nota bene : le court-métrage dure 22 minutes, il se termine à 6'30'' du deuxième lien, je n'ai pas trouvé le court en un seul tenant)


Coffee and Cigarettes 1


Coffee and Cigarettes 2

Rien n’est réel sauf le hasard

Image
Dans La Cité de Verre dont je parlais avant-hier, il y a cette phrase :
« Bien plus tard, lorsqu’il pourrait réfléchir à ce qui lui était arrivé, il en conclurait que rien n’est réel sauf le hasard. »
C'est assez mystérieux mais ça me plaît bien. Et ça me parle d'autant plus que je révise la poétique d'Eluard en vu des écrits : les surréalistes ont bien sûr interrogé le rapport au réel, leur nom l'indique.
Je repense à ce qu'André Breton appelait le "hasard objectif", qui traduit bien ce que les surréalistes imaginaient pour provoquer des rapports nouveaux entre les choses, des métaphores incongrues. Il s'agit de créer "la rencontre sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie", comme le proposait Lautréamont dans Les Chants de Maldoror. D'obtenir des images qui provoquent une étincelle. Mais cela ne peut se faire consciemment selon Breton, il l'explique dans Le Manifeste du Surréalisme :
"C’est …

Influences #2

Image
Dans la catégorie Influences, voici un roman, ou plutôt 3 romans. Il s'agit de La Trilogie New-yorkaise de Paul Auster, composée de La cité de verre, Revenants et La Chambre dérobée.

Je ne peux vous les résumer tous les 3 sans en briser l'intérêt. Je peux juste vous donner un aperçu du premier et un extrait qui parle bien de ce qui m'a plu :

C'est l'histoire d'un homme qui s'appelle Quinn et qui prend un pseudo, qui est William Wilson (titre d'une nouvelle de Poe) pour écrire des livres dont le narrateur est Work, jusqu'au jour où on l'appelle en pensant qu'il est le détective Paul Auster. Il finit par accepter cette identité et se met à enquêter sur Stillman père à la demande de Stillman fils.


C'est dingue et c'est passionnant. Les 3 romans vont ensemble mais on peut lire le premier indépendamment si on le souhaite. On peut les lire en anglais, la langue est simple, sèche même. Je n'ai pas relu de livres de Paul Auster depuis de…

Influences #1

Image
J'avais dit que je parlerai de mes influences pour les partager avec vous. Et vous donner envie de les découvrir !
On procède par genre ? En fait, je sais déjà que je ne suivrai aucun plan durablement mais c'est le premier article, on va pas commencer...

Poésie alors ?

Alors, j'ai déjà eu l'occasion de parler sur ce blog de quelques-unes, comme Ghérasim Luca ou Paul Nougé, j'ai cité Eluard aussi. Il me manque surtout Pessoa qui est vraiment un poète majeur pour moi (et pas que pour moi, bien sûr mais bon, vous n'avez peut-être jamais essayé !)

C'est un poète portugais de la première moitié du XXème, il a vécu dans la si belle Lisbonne et il est enterré dans le plus bel endroit du monde avec la baie de Cook à Moorea, c'est-à-dire le monastère des Hyéronymites. J'ai vu ce lieu il y a plus de 20 ans mais je ne l'ai jamais oublié, j'étais très émue quand j'ai vu que Vincent Villeminot l'avait placé dans Réseaux, l'an passé. Mais comme…

La classe

Image
Mon cher lecteur, voici une nouvelle occasion de me faire gonfler le melon... Mon interview sur le blog de Bragelonne!

Je suis pas peu fière en fait.

http://bragelonne-le-blog.fantasyblog.fr/archives/3152

Je trouve ça un peu compliqué de faire une promo éhontée sans avoir l'impression d'en rajouter. J'espère ne pas en faire trop !

Une chose est sûre : je suis très contente des premiers retours et de l'enthousiasme de mes amis et lecteurs fidèles. J'ai même eu mon premier courrier de fan. Merci beaucoup !

Je n'arrête pas de bosser pour autant...  le concours est dans 5 jours. Là j'apprends mes citations sur le théâtre : ceux qui ont préparé des concours sauront de quoi je parle, j'apprends une phrase d'auteur et c'est comme un fil que je tire, le texte théorique de l'auteur en question suit tout seul.

Par exemple, la "polyphonie informationnelle" de Barthes, sa "machine cybernétique" évoquent l'incroyable bombardement d&…

La play list

Image
Dans les Fortune cookies, si vous les avez sous la main, vous trouverez en exergue de chaque chapitre des extraits de lois ou des morceaux de chansons. La Playlist est là si vous le souhaitez :



J'y ai ajouté deux morceaux qui me conviennent parfaitement pour la fin du roman. A vos tablettes et liseuses !

Teaser... les Fortune cookies sortent demain

Image
Et pour patienter, un texte de Christian Biet, dans son livre La Tragédie, qui parle de Blanche, l'héroïne des Fortune cookies... ou bien est-ce qu'il parle de Bianca ??

Les Fortune cookies et "le théâtre tragique programme(nt) le désordre et tâche(nt) de résoudre, in extremis, ce désordre de l'homme et du monde par le retour difficile et parfois impossible à une/ la norme. Mais entre-temps, il y a eu une remise en cause des notions majeures sur lesquelles repose la société, ce qui déstabilise le système. [...]
 Et ce qui compte finalement, c'est la représentation du déchirement de l'homme par ces paroles théâtrales qui mettent en cause la norme établie par l'intrigue elle-même. Car la littérature aime toujours à rendre compte des scénarios sur Dieu, sur la loi et sur l'homme.
 Cette cérémonie, fondée sur la représentation d'une dynamique donne à voir celui qui, déchiré entre son désir individuel et sa place sociale, sombre, en même temps qu'il a…

Une image-miroir

Image
Ce matin, grâce à A l'ombre des nénuphars, je lis un article intéressant de Marc Atallah

Je suis très intéressée par la série d'articles qu'il a produits pour L'hebdo et les réflexions qu'il suscite me ravissent. Mais ce matin, je ne suis pas complètement d'accord avec lui. Et j'ai envie d'expliquer pourquoi. On y va ? Allez, go !
Dans cet article,  Marc Atallah (que je respecte parfaitement, hein ? quoique je discute cet article précis, on sait jamais, des fois qu'il vienne jusqu'ici pour lire mes râleries, faudrait pas qu'il soit fâché) explique que le roman de SF n'a pas pour fin d'être un outil philosophique "(c'est-à-dire un moyen en vue d'une fin qui le dépasse)", mais de "générer émotions humaines et scénarios humains".
Il développe : "Il est évident qu'une fiction intéressante est une fiction qui provoque des émotions: on vibre, on rit, on pleure, on angoisse, on espère, on désire, on a…

Salon de Theix 2014

Image
Aujourd'hui (dans 1 heure et 20 minutes), je suis à Theix pour le salon du livre ; j'y dédicacerai les 3 tomes de Moana et les Moelleuses !


Salon du livre de Theix

Salon du livre de Theix

56450 THEIX
Tél. : 02 97 53 47 49
http://www.theix.fr


De 10h à 18h, Salle Omnisports & Salle Pierre Dosse.

Auteurs, libraires, maisons d’éditions se retrouveront en ce début d’année 2014 pour vous faire découvrir des nouveautés, et vous faire partager leur passion : l’écriture, le dessin ou l’illustration. Diverses animations ponctueront cette journée : expositions, conteur et surprises au fil des pages de notre salon.

A vomir de rire

Image
Hier soir, grand moment de cinéma, j'ai vu Le loup de Wall Street et j'ai hurlé de rire, tout en ayant au sortir de la salle une durable nausée... Sexe, drogue et fric, l'histoire vraie d'un yuppie qui, éjecté de Wall Street monte sa propre boîte et devient riche à millions en arnaquant les gens. Il doit encore 100 millions de dollars à ses victimes. Sa vie part en lambeaux, il est défoncé tout le temps et il est vulgaire, bouffonnant sans cesse, si pitoyable qu'on en rit à gorge déployée. Aussi déjanté, violent et délirant que Tarantino. 
Et contrairement aux fins de Scorcese habituelles, pas de châtiment pour cet abominable type : parce que c'est une histoire vraie !


Les acteurs sont parfaits, Leonardo di Caprio passe de l'enfant gâté au grimaçant criminel ressemblant à s'y méprendre à Jack Nicholson. Mention spécial au banquier suisse, à mourir de rire ! La deuxième femme de Belfort est aussi parfaite.
Bien sûr, la presse s'affole, moralisatrice…

Ambitions

Image
Ambitions affichées pour 2014, à publier dans le journal désintimisé (aka le blog)



Parler de mes influences, au quotidien et par un retour conscient sur moi-même sans me soucier des disproportions de mon amour-propre.
Epurer la bibliothèque : d'un côté ce que j'ai lu et vénère, d'un côté ce que j'ai lu et conserve par conformité, d'un côté ce que je n'ai pas lu.
Donner ce que je n'aime pas ou le mettre dans la grange, dans la section « incompris ».
Lire 2 Violette Leduc, 0 roman du VIIè siècle, 14 romans picaresques (Moll Flanders), Bergounioux, Histoire de ma vie de George Sand et le Journal d'un voleur (de feu?) de Genet
Tenir le compte des mots écrits (ne pas compter les biffés malgré la tentation) puis abandonner cette pratique au bout de 16 jours, comme la piscine.
Trouver 8 autres ambitions pour arriver à 14.

Ils fichent le camp dans le sommeil

Image
Ce matin, je suis en pleine dissert, je n'ai pas le temps de vous écrire. Mais comme j'apprécie de plus en plus notre dialogue, je vous donne ces petits morceaux merveilleux de Violette Leduc, fragments trouvés dans le film Violette et relus sur Babelio.
J'attends avec impatience de lire ces romans qui me semblent incroyables. Et je vous conseille le film.

La Bâtarde

Mon cas n’est pas unique, j’ai peur de mourir et je suis navrée d’être au monde. Je n’ai pas travaillé, je n’ai pas étudié, j’ai pleuré, j’ai crié. Les larmes et les cris m’ont pris beaucoup de temps. La torture du temps perdu, dès que j’y réfléchi… Je ne peux pas réfléchir longtemps mais je peux me complaire sur une feuille de salade fanée où je n’ai que des regrets à remâcher. J’aurais voulu naître statue, je suis une limace sous mon fumier. Les vertus, les qualités, le courage, la méditation, la culture, bras croisés, je me suis brisée à ces mots là.


Thérèse et Isabelle

Les petites lumières dans ma peau convoitè…