Articles

Affichage des articles du septembre, 2013

Ecrire avec Paul : 1, détails sur l'avant

Image
Introduction : Voici un article sur 14/14, le roman que nous avons écrit avec Paul. Paul est l'auteur talentueux de 3 romans de fantasy déjà parus : - Le Hussard Amoureux, 2010, Mnémos  - La Perle et l'Enfant, 2010, Mnémos - Les derniers Parfaits, 2012, Mnémos et d'un roman d'anticipation à paraître chez Castelmore, Le jour où, que j'adore ! 

(Navrés que vous êtes par le caractère nombriliste de ce blog, vous conviendrez que je fais un effort en considérant aussi le nombril de mon camarade, ce qui démontre mes capacités empathiques.)


Jeu : de quel Paul s'agit-il ?













Vous aurez tous deviné que c'était le numéro 4, quoique le numéro 7 soit émoustillant et le 8, douloureusement affolant aussi ! Donc. Ecrire avec Paul (1)


"Je pense qu'un roman, c'est une longue somme de détails..."
Il le dit si justement et notre roman est bien cela, une longue somme de détails que nous avons égrenés doucement, depuis bientôt 1 an.


Ecrire à deux, ce n'est pas simple,…

La chanson -on du dimanche

Aujourd'hui, c'est dimanche, c'est le jour du seigneur...

Chabrol - Bellamy

Image
Françoise : Paul croit que chacun est unique et que tout le monde est intéressant. C’est son côté bon samaritain.

Paul : Un bon flic EST un bon samaritain ma chérie. Un ancien assureur qui essaie de rouler les assurances, c’est dans l’ordre des choses ! Vous savez d’où vient l’argent des compagnies ?

Alain : En tout cas, je sais qu’on paie des primes exorbitantes !

Paul : Oh, les primes, c’est le paravent ! La grande blanchisserie est derrière ! La prostitution, les armes, les drogues, tout y passe !

Françoise : Et qui est derrière la blanchisserie ?

Paul : Toujours les mêmes, mon chéri, les grands organisateurs du foutoir général. Mais c’est trop fort pour nous, ça nous dépasse!

Ecriture de tableau

Image
Elle regarde. Elle regarde sans savoir si elle a le droit d'être là, si franchir ce seuil ne lui sera pas reproché. Et s'il se retourne, lui, là-bas. Il semble loin, attentif à ce qu'il fait, il ne la remarquera pas. Qu'a-t-il laissé là ? Sa pêche ? Il est doué ! Sa carte ? Pour quoi faire ? Il semble organisé, il fait peut-être cela tout le temps... Elle n'arrive pas à savoir si c'est un jeune homme, un de ces pêcheurs acharnés qui revendent leurs prises au marché pour améliorer l'ordinaire. Ou un vieux, gentil papi du dimanche ou affreux dégoûtant qui regarde sous les jupes ? Peut-être un type sans âge qui vient échapper à un quotidien sans attrait, une femme de mauvaise humeur, des enfants qui ne le comprennent pas... qu'il ne comprend pas. Elle se dit qu'elle pourrait aller s'asseoir à côté de lui, doucement, sans un bruit, pour ne pas effrayer les poissons, pour ne pas lui faire peur, à lui. Pour ne pas avoir peur elle-même. Et si c'éta…

Gary

Image
C'est un classique de prof de français, idéal pour l'autobiographie en 3ème... A chaque fois, il me donne le sourire :


« J'avais déjà près de neuf ans lorsque je tombai amoureux pour la première fois. Je fus tout entier aspiré par une passion violente, totale, qui m'empoisonna complètement l'existence et faillit même me coûter la vie. Elle avait huit ans et elle s'appelait Valentine. Je pourrais la décrire longuement et à perte de souffle, et si j'avais une voix, je ne cesserais de chanter sa beauté et sa douceur. C'était une brune aux yeux clairs, admirablement faite, vêtue d'une robe blanche et elle tenait une balle à la main. Je l'ai vue apparaître devant moi dans le dépôt de bois, à l'endroit où commençaient les orties, qui couvraient le sol jusqu'au mur du verger voisin. Je ne puis décrire l'émoi qui s'empara de moi : tout ce que je sais, c'est que mes jambes devinrent molles et que mon cœur se mit à sauter avec une tel…

Bascule

Image
Voilà, aujourd'hui, j'ai 35 ans. Je pense arriver là au point d'acmé. Ou plutôt au tournant car je n'envisage pas de chuter ensuite, mais au contraire de dérouler doucement le pas jusqu'au terme. Je fixe ce terme à 70 au plus tôt, en espérant en rabiocher 10 de plus
(en cessant de fumer dès aujourd'hui).
Je n'ai jamais eu peur de mourir,
J'ai toujours eu peur de mourir seule, d'être la dernière et d'avoir vu tous les autres partir.

Elle a les joues crevées de chagrin. Appuyée contre le bois de la porte close, elle tient des cendres. La nuit lui fait mal aux yeux. Elle sait qu'elle ne pourra pas rester là, qu'elle a encore des choses à faire. Ses lèvres sont mordues, ses yeux sont noirs, seule comme un insecte sur la vitre écrasé.

Alors de fait, je préfère que cela soit plus court mais plus intense !

Il y a encore peu de temps, quand j'ai entamé la trentaine, je pensais que mon cerveau allait continuer à dégénérer tranquillement, étan…

Max Jacob

Image
Lecture du 23 septembre - Année 35

"UNE DE MES JOURNÉES


Avoir voulu puiser de l'eau à la pompe avec deux pots bleus, avoir été pris de vertige à cause de la hauteur de l'échelle ; être revenu parce que j'avais un pot de trop et n'être pas retourné à la pompe à cause du vertige ; être sorti pour acheter un plateau pour ma lampe parce qu'elle laisse le pétrole l'abandonner ; n'avoir pas trouvé d'autres plateaux que des plateaux à thé, carrés, peu convenables pour des lampes et être sorti sans plateau. M'être dirigé vers la bibliothèque publique et m'être aperçu en chemin que j'avais deux faux cols et pas de cravate; être rentré à la maison ; être allé chez M. Vildrac pour lui demander une Revue et n'avoir pas pris cette Revue parce que M. Jules Romains y dit du mal de moi. N'avoir pas dormi à cause d'un remords, à cause des remords et du désespoir."
Max Jacob, Le cornet à dés, 1917

Nouvelle direction

Image
Ce blog étant moribond, je vais lui donner une nouvelle direction. Je dispose d'un peu de temps cette année et j'aimerais vous faire partager certaines aventures et réflexions. Allons donc... c'est parti.

Ce n'est pas, pas, un pas, c'est, pas, sérieux, ce n'est pas raison, née pas raisonnable que de me lancer dans ce jour, nuit, journal. Pourtant, ma vie a beau tour, détour, des tours, tournoyer, j'ai beau être sub submergée, sous-marine, mer intérieure, océan qui tend, étang, océan qui s'étend, il faut, faux, c'est faux, ce n'est pas impératif. Il faut pour ça, pourtant, temps, tant d'inconstance, temps constant, qu'on se temporise, qu'on se construise, con, truie, ah. Perte, perdue, dû du temps, du sale, du dehors, or, or, je me répands, déjà, des, je de dès, déraisonnable. Pour temps, jeux, je, je le fais, fée, féelure, il faut que je le, face, défasse, faciès, fasse et défasse car sinon ce sera, ce, ceci, cela, ces tours et déto…